Algérie, "tripartite 2015" le partage équitable entre le patronat (haddad) et le gouvernement et s.saïd de l'U.G.T.A.

Publié le par M.L.A Guendouz, محمد العيد أنس قندوز

Algérie, "tripartite 2015" le partage équitable entre le patronat (haddad) et le gouvernement et s.saïd de l'U.G.T.A.

9440

Les chefs d'entreprise réclamaient une plus grande souplesse sur la fiscalité, le crédit bancaire et l'effacement de la dette. Ils ont eu gain de cause.

Les organisations patronales préconisent un consensus et une mobilisation de toutes les parties de la tripartite, dont la réunion se tiendra mercredi à Biskra, face à la crise économique et à l'urgence de la relance de l'appareil industriel.

Ces organisations sont unanimes quant au caractère "particulier" et "spécial" de la tenue de cette tripartite (gouvernement-patronat-syndicat) qui devrait sortir avec des solutions et actions "concrètes" de nature à juguler les effets de cette crise, relancer l'industrie et diversifier l'économie.

Dans ce contexte, aller vers un consensus et une approche commune entre le gouvernement, le patronat et le syndicat devient plus qu'une nécessité afin de permettre à l'Algérie, qui possède toujours une marge de manoeuvre, de surmonter cette conjoncture, soulignent à l'APS les représentants de ces organisations patronales.

Pour le Forum des chefs d'entreprises (FCE), cette tripartite constitue "une rencontre extrêmement importante dans le contexte d'une situation économique et financière difficile qui impose un dialogue, un rapprochement et un consensus entre les autorités, le patronat et le syndicat sur les réformes structurelles à engager afin d'assurer une transition économique".

Dans ce cadre, le vice-président du FCE, Salah-Eddine Abdessemed, voit dans la gouvernance économique centrale et locale ainsi que dans la coordination entre les différents secteurs économiques une nécessité, et ce, en vue de mobiliser l'ensemble des potentialités et de réaliser ce défi.

"Je pense que la gouvernance est primordiale dans ce contexte de crise car nous manquons de temps", soutient-il tout en insistant également sur l'importance d'une "confiance durable" entre toutes les parties pour atteindre l'objectif escompté.

Commenter cet article