Nice,(vidéo en Français), 14 Juillet 2016, et les Français Coupeurs de Têtes en Algérie. Lettre aux petits Français.

Publié le par M.L.A Guendouz, محمد العيد أنس قندوز

Nice,(vidéo en Français), 14 Juillet 2016, et les Français Coupeurs de Têtes en Algérie. Lettre aux petits Français.

5338

Les voilà donc, comme des phénix jaillis de leurs cendres, au cœur de la mémoire algérienne, pour valoir ce que de droit. Vous le savez, les choses sont différentes, entre les algériens qui ont subi des actes de barbarie et de cruauté durant la colonisation française de leur pays (1830/1962), et les upoko tuhi têtes tatouées maoris, Saartjie Baartman la Vénus hottentote, les têtes réduites Jivaro, les crânes dits « surmodelés » d'Océanie, les restes qui agrémentent divers objets, tels que les flûtes en os de fémur ou les crânes tambours du Tibet.

Le Chérif Boubaghla, le Cheikh Bouziane, Moussa Al-Darkaoui, Al-Hammadi ont été exécutés avant d’être décapités par les soldats français, aidés parfois de leurs alliés indigènes. Le nom de ces résistants algériens à la colonisation figure dans d’innombrables livres d’histoire. Ce sont les trophées indus d’une guerre injuste, honnie par les consciences équitables de notre époque. L’état de belligérance entre l’Algérie et la France est pourtant terminé, il a été déclaré officiellement clos lors de l’indépendance de ce pays, survenue le 5 juillet 1962. Pourtant ces reliques de la colonisation française sont toujours là. Ces « pièces » que certains esprits retors continuent de travestir d’une terminologie scientifique voire même culturelle approximative, proviennent d'actes de barbarie inavouables. Ces restes mortuaires accumulés subrepticement au cours du XIX° siècle par des musées français, constituent désormais, selon certaines lois partisanes, des biens propres, patrimoniaux de l’État français.

Il n’y a aucune loi à interpréter, travestir ou commenter, il n’y a qu’un simple état d’esprit dont on perçoit encore les contradictions et les atteintes aux règles déontologiques les plus élémentaires, en France.

Publié dans histoire تاريخ

Commenter cet article