Le RND, Ahmed Ouyahia, Bouchouareb et les Harkis: Le Pacte du Diable ...

Publié le par Laïd Sahari

5955

Déclaration de Abdeslam Bouchouareb, le fils du Harki Kaïd Khaled:

« Ahmed Ouyahia et moi avons un point commun fort : nos pères ont fait tous les deux la guerre de 54-62 et nous les avions perdus durant cette guerre. Ahmed Ouyahia et moi sommes complémentaires : lui un fils de chahid et moi un fils de harki. Ahmed Ouyahia et moi avons une seule différence : le père d’Ahmed Ouyahia a choisi le  mauvais camp »

« entre la prière du vendredi et le champagne du dimanche, il n’y que le shabbat qui les séparent » 

Dans un premier article, je faisais état des agissements et calculs machiavéliques d’Abdeslam Bouchouareb (chef du cabinet d’Ahmed Ouyahia) pour un contrôle maléfique et absolu du RND, tant à l’intérieur qu’à l’extérieur du pays. A l’intérieur du pays, il a pu écarter malicieusement toute potentialité du RND ; A l’extérieur du pays, il met en place une organisation singulière dans laquelle tous les éléments sont issus des familles de Harkis. Etant lui-même un fils d’un harki très connu par les moudjahidine pour sa férocité ; il a nommé à la tête du RND de Paris Mouloud Amari : fils d’un harki, beau-fils du préfet de police de Paris et homme d’affaire français.

Un monsieur ignoble haïssant l’Algérie comme son père la haïssait durant la guerre pour l’indépendance. Les membres de la fédération du FLN de la région parisienne connaissaient très bien son père à travers ses multiples dénonciations de moudjahidine, et sa collaboration active avec les services français de l’époque. Pères et fils sont adeptes de l’Algérie Française.

Abdeslam Bouchouareb, fervent défenseur pour la réhabilitation des harkis dans l’Etat algérien a encouragé une adhésion massive de ses semblables dans toutes les structures du RND à l’étranger, en écartant le mieux possible tous les fils des chouhada, et tous les moudjahidine et leurs enfants. A l’image d’Abdeslam Bouchouareb et de Mouloud Amari, tous les membres du RND de France sont des harkis, fils de harkis ou adeptes de l’Algérie Française. Le bras droit de Mouloud Amari le crie fièrement. Ils ont bien réussi leur coup.

La haine maladive d’Abdeslam Bouchouareb vis-à-vis du FLN et de ses militants ne l’a pas découragé à faire partie de la direction de campagne présidentielle d’Abdelaziz Bouteflika ; danst laquelle le FLN est partie prenante. Au contraire, il parle de cela comme une réussite et un coup de maître. Cette participation est une reconnaissance au plus haut sommet de l’État, et un message fort pour tous les harkis. Abdelaziz Bouteflika fait appel à un fils de harki pour organiser la journée du chahid du 18 février ; alors que des milliers de chouhada sont lâchement assassinés par des harkis !! Abdeslam Bouchouareb avoue atteindre des objectifs inespérés ; Mouloud Amari et son bras droit s’en réjouissent.

Commenter cet article