LAIDG1, Le lanceur d’alerte Laïd Guendouz au « Courrier d’Algérie » : «Mes vidéos alertent les autorités sur les réalités qui fâchent !»

Publié le par Laïd Sahari

6027

LAIDG1: regardé et écouté dans 214 Pays. (statistiques Google).

www.youtube.com/user/LAIDG1: 5.696.181 vues.

ain-dzarit1911.over-blog.com:          289.180 visiteurs, 6027 articles.

Twitter: LAIDC1: 24.700 tweets, des milliers de visiteurs.

Facebook: www.facebook.com/laidg (laidg sahari).

Dailymotion: tarjam: 9.000 vues

Voilà un lanceur d’alerte atypique. Son nom est connu des Youtubers : il s’appelle Laid Guendouz. C’est un vénérable retraité, d’apparence serein et calme, mais qui bouillonne d’idées. Il suit, ou plutôt, il poursuit le moindre dysfonctionnement pour le dénoncer, pour épingler les élus et responsables locaux ou nationaux ; mais c’est toujours «sans rancune», avec des mots pondérés, d’où peut-être cette fièvre à consulter son blog, sa page Youtube et ses interventions. Nous l’avons rencontré dans sa ville de Sougueur, à une vingtaine de km de Tiaret. Entretien-express.

-Le Courrier d’Algérie : Vous vous posez sur Youtube en champion de la dénonciation. C’est une mode aujourd’hui de dénoncer tout et tous ?
-Laid Guendouz : Je suis plutôt un avertisseur, un lanceur d’alerte. Je donne des détails, des éléments pour que les autorités agissent, et vite, pour le bénéfice des citoyens. Je ne dénonce pas pour nuire, mais pour parfaire, pour améliorer le sort de la cité, et de la ville, de contribuer à améliorer aussi la situation dans mon pays. Appelez cela un lanceur d’alerte.

-Vos vidéos semblent être très suivies ; vous avez un auditoire important ?
- Vous pouvez consulter vous-mêmes : j’ai un blog auquel sont inscrits 260 000 personnes, et mes vidéos sur Youtube peuvent accrocher jusqu’à 5 millions de vues. Cet important auditoire me pousse toujours à aller de l’avant, mais dans un but constructif ; je ne cherche jamais à nuire ; je cherche toujours à ce que ma cité, ma ville, mon pays soient propres, sans corruption, beaux et fonctionnant comme il se doit de l’être.

-Hormis les citoyens, les responsables politiques vous prêtent-ils l’oreille ?
- Oui, certainement, sinon on m’aurait considéré comme diseur de bonnes aventures.

-Et vos vidéos ont-elles des effets concrets sur le terrain ?
-Evidemment, oui. Quand il y a une coupure de courant non rétablie, je dénonce, et le travail est aussitôt fait, dans les normes. Souvent, un wali, un président d’APC, ne sont pas au courant de ce qui se passe au millimètre près. Quand je mets en évidence un courant électrique défaillant, c’est pour qu’il soit rétabli, non pour châtier sur la place publique un élu. Oui, souvent des choses sont rétablies, améliorées, grâce à mes alertes, et cela me fait extrêmement plaisir.

-Mais vous faites aussi des vidéos très politiques, dénonçant la corruption, des ministres, etc…
-Oui, cela est exact, mais ça va dans le sens de mes alertes, toujours. Si quelque chose fonctionne bien, ça fait plaisir, et il n’y a pas de raison d’en parler, mais quand quelque chose va mal, il faut dénoncer. Je fonctionne comme un journaliste, mais j’ai cet avantage sur vous de fonctionner en temps réel, et non pas après coup…
F. O.

 

Commenter cet article