Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Ain-dzarit, Albert Henri LAINE, Maire du village jusqu'en 1962, souvenirs ...

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

L'auteur

Ain-dzarit est un petit village d'Algérie, en cette occasion du 58ème anniversaire du déclenchement de notre glorieuse Révolution, le 1er Novembre 1954, nous nous souvenons de "notre maire" (bibir lini) - albert lainé -.

Le village a été construit de sorte que les colons français soient éloignés des indigènes que nous étions. A 800 mètres, à peu près, on nous a permis de construire des "maisons" en dur (pierres brutes et glaise), avant nous habitions sous des tentes. Comme frontière, il y avait la Maison du Garde Champêtre qui avait l'oeil sur nous de jour comme de nuit, et il nous était strictement interdit de "monter" au village, sous peine de sanction; et je vais vous en raconter Une de ces sanctions, que m'a raconté Mon Ami Hadj Benzineb Cheikh:

 

benzineb-cheikh-retraite-

" ... un certain jour du mois de Juillet 1961, alors que nous jouons, moi-meme, Lakhdhar Zemmem066 et 03 ou 04 autres camarades dont j'ai oublié les noms, sur notre "territoire" mais en face de la maison de Tavernier (tafirna), ce dernier, ne supportant pas le bruit que nous faisions, parait-il, nous "ramassa" tous, et tout enfant indigène se trouvant sur son passage, et nous amena devant la mairie, nous étions à peu près une dizaines d'enfants, âgés de 11 à 13 ans, tous en guenilles et pieds nus, il entra et nous laissa sous la garde d'Alain LAINE, le fils du maire qui est venu le rejoindre. Quelques instants après, il ressortit, après avoir obtenu l'accord du maire Albert LAINE pour le nettoyage du stade de foot-ball??!!

Nous voilà donc devant le stade qui se trouvait au sud du village, ses abords étaient pleins de mauvaises herbes épineuses et sèches. Tavernier nous ordonna de les enlever toutes, sans autres outils que nos petites  mains frêles  ,il partit et nous laissa sous la garde du fils du maire, Alain LAINE, promu gardien-chef. (ci-contre: Albert et son fils Alain à cette époque).

Après avoir enlever toutes les folles herbes épineuses, nos mains étaient toutes en sang, Alain nous regardait, impassible, comme s'il jouissait de nous voir dans cet état, voyant que nous avons terminé l'arrachage, il nous ordonna d'en faire une meule et de la tasser avec nos pieds.

C'est ce que nous fîmes, nous avions tous les pieds en sang du fait des épines qui nous transperçaient.

A un moment donné, Alain m'appela à l'écart et me dit: " La meule est loin d'etre tassée, si tu veux t'épargner ce supplice, fait à Lakhdhar ZEMMEM (...) et je te laisserai partir". C'est ce que j'ai refusé. Plutôt mourir que de manquer de respect à mon ami Lakhdhar. Alain, en colère, m'ordonna de monter sur la meule d'épines et de sautiller. C'est ce que je fis avec dignité. D'ailleurs, nous tous, avons subi cette torture avec grande dignité.

Le moment de nous laisser partir étant venu, Alain, très en colère, au lieu de nous laisser prendre directement le chemin du stade vers nos maisons, il nous ordonna de prendre la rue principale du village. Suprême humiliation, car nos habits étaient déchirés et nos pantalons rafistolés avec du fil de fer ..." 

 

Maintenant, je vais donner la parole a Alain qui va nous parler de son père et de ses "réalisations" dans notre village Ain-dzarit. L'image ci-dessous, nous montre un Alain adulte, pieds noirs convaincu et très porté sur la bouteille.

 

270391_1962257088385_3644145_n-copie-1.jpg

" ...  Mon père, Albert Henri LAINE a été le premier maire élu de la commune et cela
jusqu'en 1962 . 

   Il a également été élu "Conseiller général "du département de Tiaret.

Circonscription de Vialar.Carte de conseiller général N° 00023 délivré

par le prefet de Tiaret le 13/12/1960.

 

     A ce titre,profitant de subventions de l'état français, et avec l'aide de la

population d'Ain dzarit, ils purent développer et embelir notre beau village.

(Obtention d'un vehicule neuf  (Ariane 4 renault) pour servir de "Taxi"

à la population afin de se rendre à l'hopital de Burdeau ou tiaret. Construction

des piscines, de la buvette sous les pins, de terrains de volley, de cours de tennis

 afin d'attirer la jeunesse du "Sersou" et de faire de la commune un village vivant.

     De nombreux travaux d' agrandissement ou de modernisation ont également

été réalisé(dock,mairie,place) et réseau d'eau..."


Mensonges que tout ça, et maintenant tu as le culot  et toute honte bue de parler de population de Ain-dzarit? Quelle population? Les colons Français d'Ain-dzarit oui, vous vous etes offerts toutes les commodités possibles, avec des subventions provenants de nos richesses Nationales que la France nous a volé (Pétrole, phosphate, Or, Fer ...).

La population de Ain-dzarit c'était nous, les indigènes, des centaines de familles laissées pour compte:

- Nous n'avions pas l'eau courante, nous nous approvisinions soit directement de l'Oued Mechti, soit de la fontaine publique située face au garde Champêtre et que nous évitions d'ailleurs.

- nous n'avions pas de sanitaires, nous faisions nos besoin à l'air libre dans les champs.

- l'électricité, nous la connaissions quand vous allumez chez vous, nous on s'éclairaient à la bougie, la lampe d'huile ou le quincket.

- Rappelle-toi, même vos ordures ménagères vous les jetiez devant chez nous.

Les Réalisations de ton père, qui étaient toutes situées à l'extrême ouest de Ain-dzarit et sous la garde de votre brigade de gendarmerie, étaient pour vous, et pour vous seuls. Tes concitoyens français encore en vie peuvent en témoigner.

       ALBERT LAINE, MAIRE DE AIN-DZARIT, LE GENERAL SALAN, CHEF DE L'O.A.S, ET NOS MARTYRS: ACHIR MOHAMED, KHALDI BOUMEDIENE ET LEURS COMPAGNONS.Unknown4

Albert Henri LAINE a été l'un des pires ennemis de l'Algérie et de notre village Ain-dzarit en particulier, en hébergeant, dans notre village, le sinistre criminel, le général SALAN, chef de la non-moins sinistre Organisation criminelle O.A.S.

ain-dzaritConseiller général du département de Tiaret, Albert LAINE, avait toute la confiance des dirigeants français de l'Algérie, et celle du général SALAN en particulier, ce dernier, dans sa fuite, a trouvé refuge à Ain-dzarit, L'appartement du deuxième étage du dock silos, face à la brigade de gendarmerie, lui servait de Poste de commandement, son agent de liaison, la femme d'un gendarme, partait chaque matin à Tiaret, dans une simca aronde pour transmettre les ordres.

Les membres de la cellule F.L.N , Achir Mohamed, Khaldi Boumédiène et leurs compagnons ont été arretés pendant la présence de SALAN à Ain-dzarit. Ils ont été fusillés derrière la brigade de gendarmerie, face au barrage, sous les yeux du Général Assassin SALAN, puis leurs corps ont été transporté à plusieurs dizaines de kilomètres de là, sur la route reliant Nadhora à Mahdia.

 Avec l'accord, la bénédiction et la signature du maire de Ain-dzarit et conseiller général du département de Tiaret ALBERT HENRI LAINE.

MEGHARIA Fodil, ASO Chlef.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

dsc00278_1243443_465x348.jpg

Où est-il  passé ? Que fait-il ? Ce sont là les questions principales qui viennent à l’esprit lorsqu’on évoque le nom de Fodil Megharia, stoppeur de charme de l’EN des  années 1980 et 1990.

Pur produit de l’ASO Chlef, il fut aussi engagé par le Club Africain (Tunisie), l’Itihad de Tanger (Maroc) et Nadi El Arabi Saoudi, et ce, de 1991 à 1996. Mais c’est avec le Club Tunisien qu’il a gagné le plus de distinctions, avec exactement 4 titres lors de la saison 1991-1992. Il a aussi disputé une Coupe du monde ( au Mexique en 1986)  et cinq Coupes d’Afrique avec l’équipe nationale, sous la direction des entraîneurs Saâdane, Lemoui, Kermali, Bahmane, Maouche et Mokdadi, entre autres.

Après une carrière de 17 ans, le joueur a raccroché définitivement les crampons à l’âge de 35 ans. Il a soufflé, le 23 mai dernier, ses 51 bougies, sans pour autant abandonner sa passion pour le sport-roi. Fodil Megharia a décidé de mettre son expérience au service des catégories de jeunes. C’est d’ailleurs dans ce cadre qu’il intègre l’académie de la DJS de Chlef, aux côtés de son ex- coéquipier à l’ASO, Fodil Moussi. «Je suis heureux et fier de diriger cette école de football de la DJS avec mon ami Moussi .J’ai accepté cette mission pour donner un coup de main à cette académie, car la compétition et les équipes seniors ne m’intéresse plus. Je veux contribuer à la formation et l’épanouissement des jeunes talents», nous indique Fodil Megharia avant d’ajouter «notre action commence à porter ses fruits, puisque l’école est devenue un grand pourvoyeur en joueurs  de valeur  des équipes cadets et juniors de l’ASO».

Parmi les autres motifs de satisfaction, Fodil cite «la participation de l’école de football de la DJS à la Coupe du monde de cette catégorie », organisée en Afrique du Sud en 2010  par le groupe français Danone.
Megharia reste néanmoins très attaché au passé, parce qu’il y avait, dit-il, du football sans les scènes de violence que l’on voit aujourd’hui dans nos stades.

«On a décidé de professionnaliser les clubs sans faire évoluer les mentalités chez les joueurs, dirigeants et supporters», asséne celui qui fut le meilleur stoppeur de la Coupe du monde et de la Coupe d’Afrique en 1986.
L’ex-international n’a pas rompu avec ses anciens coéquipiers de l’EN, avec lesquels il participe régulièrement aux matchs de gala organisés en Algérie et à l’étranger.
A propos de l’ASO Chlef, son club d’enfance,  il n’a pas souhaité s’exprimer. «Mes déclarations peuvent être mal interprétées par certaines personnes malintentionnées», s’est-il contenté de dire.
Quoi qu’il en soit, Fodil reste une légende du football national qui mérite plus de reconnaissance dans sa ville natale.

 

Publié dans hommage

Le BENEVOLE, une Espèce menacée, à protéger , par David CASANOVA.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

images (24)-copie-1Le bénévole (activus benevolus) est un mammifère que l’on rencontre surtout dans les associations où il peut se réunir avec des congénères : les bénévoles se rassemblent à un signe mystérieux appelé "convocation". On les rencontre aussi en petits groupes, dans divers endroits, quelquefois tard le soir, l’œil hagard, le cheveu en bataille, le teint blafard, discutant ferme de la meilleure façon d’animer une manifestation ou de faire des recettes supplémentaires pour boucler un budget. Le téléphone est un appareil qui est beaucoup utilisé par le bénévole et qui lui prend beaucoup de son temps, mais cet instrument lui permet de régler les petits problèmes qui se posent au jour le jour.L’ennemi héréditaire du bénévole est le "yaqua" (nom populaire) dont les origines n’ont pu être à ce jour déterminées ; le "yaqua" est aussi un mammifère bipède mais il se caractérise surtout par un cerveau très petit qui ne lui permet de connaître que deux mots : "Y a qu’à" ; ce qui explique son nom.

Le "yaqua", bien abrité dans la cité anonyme, attend ; il attend le moment où le bénévole fera une erreur, un oubli, pour bondir et lancer son venin qui atteindra son adversaire et provoquera chez lui une maladie très grave, le "découragement". Les premiers symptômes de cette maladie implacable sont visibles très rapidement : absences de plus en plus fréquentes aux réunions, intérêt croissant pour son jardin, sourire attendri devant une canne à pêche et attrait de plus en plus vif qu’exercent sur le sujet atteint un bon fauteuil et la télévision.Les bénévoles, décimés par le découragement, risquent de disparaître et il n’est pas impossible que, dans quelques années, on rencontre cette espèce uniquement dans les zoos où, comme tous ces malheureux animaux enfermés, ils n’arriveront plus à se reproduire.Les "yaqua" avec leurs petits cerveaux et leurs grandes langues viendront leur lancer des cacahuètes pour tromper leur ennemi, ils se rappelleront avec nostalgie du passé pas si lointain où le bénévole abondait et où on pouvait le traquer sans contrainte.

David .

Promotion de la culture bèrbère par l'artiste Samir KHELIL.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

http://img.over-blog.com/400x599/3/80/89/52/NOVEMBRE-2011--2-/fevrier-2012/FEVRIER-2/samiro_5883955_DSC_1530_copie.jpg 26/10/2012 21:09:23
OverBlog : Vous avez reçu un message
Ce message vous est envoyé par un visiteur grâce au formulaire de contact accessible en bas de page de votre blog: ain-dzarit1911.over-blog.com 

demande de aide sur art
khelil
bon jour Jeune mais talentueux, enthousiaste et très créatif, animé par une grande passion pour l'art, Samir Khelil est un peintre autodidacte qui s'immisce dans ce monde de l'art où il n’est pas aisé de s’imposer.

Il lui suffit juste de concevoir une image dans son esprit pour qu’une œuvre soit réalisée, en quelques minutes, à l’aide simplement d’un pinceau ou d’un crayon de dessin. 
La carrière de cet artiste, né en 1978 à tizi ouzou, a pris naissance en 2006 et c’est en 2008 que son rêve a commencé à prendre forme par l’exposition de ses œuvres et en participant à différentes activités culturelles, lesquelles lui ont permis de se faire connaître et de recevoir des prix, des diplômes et des attestations. En effet, il a été honoré à maintes reprises pour ses différentes œuvres artistiques, qu’elles aient été réalisées sur papier ou sur toile. A titre d’exemple, on peut citer l’attestation qui lui a été attribuée à la Maison de la culture Mouloud Mammeri pour sa participation au troisième «Salon des Arts Culinaires Traditionnels», organisé l’année écoulée. De même qu’en 2008, l’APW et l’APC d’azazga ainsi que le comité des fêtes de cette ville l’ont honoré et remercié pour ses œuvres. Samir Khelil a choisi la peinture comme moyen d'expression par lequel il a voulu promouvoir la culture berbère, fasciné qu’il est par la richesse de celle-ci. C’est aussi, pour lui, un moyen d’étaler sa perception du monde et interpréter sa vision de la vie et de la réalité. Ce domaine, selon ses dires, lui a permis de transporter les gens, à travers ses couleurs, pour les faire voyager dans le temps et même dans l’espace. Le moins que l’on puisse dire de ce peintre est qu’il est tellement ambitieux et motivé qu’il se dépense corps et âme pour la confection de ses toiles. Il souhaite vivement accomplir son devoir d’artiste, celui de contribuer à la promotion et à l’épanouissement de la culture berbère en participant à des festivités culturelles internationales.

nom: khelil un artiste qui progresse 
Prénom: SAMIR 
Adresse: cite 400 logements bt 8 n° 350 Draa ben khedda
Tizi ouzou ALGERIE

Passeport N°6712542
Tel: 00213.799.24.36.43 

http://img.over-blog.com/350x500/3/80/89/52/NOVEMBRE-2011--2-/fevrier-2012/FEVRIER-2/samiro_5606473_samikah.jpgFacebook : samir khelil

- Membre Sur : artiliniki.com
E-mail: khelilsamir@yahoo.fr
Site: http://www.artmajeur.com/samiro sam.art@live.fr

Objet: Demande de participation
J'ai l'honneur de solliciter votre haute bienveillance de bien vouloir me renseigner sur les conditions pour une participation à l'une de vos manifestations culturelles programmées au fil de l'année. Cela me permettrait d'atteindre une certaine dimension culturelle au niveau international et pouvoir entamer du moins une pratique d'intérêt culturel.
Renseignement me concernant:
- Nom: KHELIL,
- Prénom: SAMIR,
- Né le: 11/06/1978 à Tizi-Ouzou (Algérie)
- Expérience: Plusieurs expositions, manifestations, festivals culturelles 
- (U Membre à: l'ONDA (l'Office National des Droits d'Auteurs et Droits Voisins) Membre en qualité auteur d’œuvres artistiques depuis 06/02/2007 matricule : N° 85403 , à l'UNAC nion Nationale des Arts Culturels carte de artiste peintre plasticien matricule 47/2010)et carte d’artiste audio visuel (58/2009) ainsi qu'à l'Association Culturelle pour la Sauvegarde du Patrimoine et de l'Authenticité de la wilaya de Tizi-Ouzou.
- Membre a la chambre de l’artisanat et des métiers : dessinateur décorateur .carte d’artisan numérus N°1544.012086.11 code.01/08/006 
Pour d'autres renseignements me concernant, je reste à votre entière disposition.
Dans l’attente d’une suite favorable, veuillez agréer, Madame monsieur l’expression de mon profond respect.

Cordialement Khelil samir 

Un artiste indépendant

السيد سلال و أين الخلل. بقلم محمد قندوز في جريدة الوطن الجزائري

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

 

 عبارة اخترقت أسماعنا و نحن نستمع الى رئيس الوزراء الجزائري , و هو يرددها أمام اطارات الأمة , داخل قبة logo.pngالبرلمان , موجها اليهم سؤالا , حظي بدخول أعلى هيئة تشريعية في368904 100003217763753 1875952886 n

البلاد , من دون انتخاب , و من دون أن يتعرض للغربلة من المصالح المختصة , هذا السؤال حبيس المقاهي الشعبية , و الكابوس الذي يؤرق سكان الجزائر العميقة , و الذي أدخل البعض منهم المصحات العقلية , يبدو أنه قد علا شأنه و ..

.كبر حجمه بوصوله الى اعلى هرم في السلطة , الرجل الثاني في الدولة الجزائرية , معلنا عن الضربة القاضية التى لا شفاء منها , السيد سلال تبنى شيئا هو من هواجس و آهات هذا الشعب , الذي يحترم السيد رئيس الوزراء لبساطته و تواضعه , فكان الاندهاش و التعاطف في آن واحد , و كأني به بكاء على الأطلال , أين الخلل سيدي ؟ , الجزائر بلد غني واسع و متنوع ؟ شعبه ليس ككل الشعوب ,يتحمل كل الأزمات و لا يبالي , كريم الى درجة السخاء , كان كالدرع الواقي حين قيام الزوبعات الساركوزية و الليفية , لم يشأ أن تمس الجزائر و لو بكلمة , و رغم الجوع و العطش و الظلام الدامس الذي تعاني منه الغالبية الساحقة و في العراء يكفيها في هذا أرض الجزائر و سمائها , هذا الشعب الذي حمى الثورة و يحمي الثروة و سخي مع من بيده توزيعها , سخاء الفقراء مقابل شح الأغنياء , معادلة قد ترقّى يوما ما بعد أن تفعل ما فعله سابقاتها , أين الخلل و أستسمح من مقامي هذا سؤال النبلاء ؟ فهو لم يعد يتداول في الأسفل, كثيرة هي الأزمات التي ترهق كاهل المواطن الفقير السخي , و لعل أزمة السكن و تشعباتها هي حديث الساعة , أزمة محيرة و خانقة , فرغم كل ما استهلكه هذا المأزق من اعتمادات مالية , و تسطير برامج ضخمة , لم نصل الى تحقيق الحلم المرجو من سيادة الرئيس , قبل السادة الفقراء الأكارم , يبدو أن الحلم مشترك من المخلصين في هذا الوطن و من غالبية الشعب المنكوب , و هنا أجبر هذا السؤال على النزول , أين الخلل ؟؟؟؟, يجب البحث عن الحلقة الممزفة داخل النسيج الاجتماعي , و معرفة الخيط العازل بين الشعب و النزهاء المخلصين , الجزائر حررها شبابها و يبنيها أيضا شبابها , ان الحديث هذه الأيام عن ايجاد آليات لبعث مشروع السيد الرئيس في تحقيق مليوني سكن , و العراقيل القديمة و الحديثة من الأسلاك العازلة , و اعتراف السيد رئيس الوزراء بأن الرجال موجودون و المال موجود , ليبعث في النفس الدهشة و الذهول , فكيف لبلد يخرّج سنويا آلاف المهندسين الشباب , و الذي يتربع على عقارات ضخمة , و يملك أموالا طائلة , به أزمة هي و الله عار على من يؤمن بها , ألم يحن الوقت بعد لاعطاء الفرصة للشباب في بناء بلده ؟ هل هذا اجحاف رسمي في حق جامعاتنا التي تلتهم الملايير في الاطعام و الايواء ؟ هل نحن هنا أمام ظاهرة من ظواهر خلق النفقات و كفى ؟ الجزائر يكفيها في هذا اعطاء الفرصة للمهندسين الشباب و تقسيمهم على ولايات الوطن بالعدد الكافي فهم كثيرون ينتظرون في فرصة بناء وطنهم , من دون أسلاك عازلة , و من دون و صاية هي كقشور الموز في طريق النجاح ؟ 

محمد قندوز

signature 2

1 2 3 4 5 > >>
google68dd3c13eca153a9.html