Abderrahmane BELFEDHAL, l'arbre est un composant vital dans l'univers écologique.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

la memoire B abderahmane

La parole est a l’homme le langage a tous les êtres et l’arbre est unphoto-arbre.jpg composant vital dans l’univers écologique.

La parole se transmet par la voix, par le geste et par le tracé.

De la plume. Elle exprime un sentiment, elle traduit une pensée, un désir, une passion ou tout simplement un ressentiment qu’une illusion aléatoire aurait amplifie en haut de cœur.

L’arbre dans son milieu est un signe de vie et de beauté, un symbole et un refuge. Dans ses éclats elle procure à tous les êtres énormément d’avantages et de mérites.


1279_stare-lipy-w-Sobocie_s.jpgCependant quand les vents soufflent a contrario, quand l’esprit1649_Jarzebina_s.jpg penseur est subitement pris au dépourvu, perdant le sens du nord, il est sitôt embarqué dans son fort intérieur, un intérieur froid et impénétrable. Entraîné malgré lui, il alimentera les feux de la discorde.

Toute approche avec le bon sens devient une équation difficile a résoudre.

la parole bien qu'ayant été un solide garde fou pour consolider les rapports des humains avec leur propre raison d'être n'est alors qu'une petite flamme aux lueurs aveugles

l'arbre, le bel arbre depuis le précieux age et son ouverture sur la lumière jouissant de la conjugaison d'éléments favorables est un catalyseur conséquent voire le plus déterminant dans les processus naturels et surnaturels

Cependant elle n’est pas seulatre.


5426_s.jpgIl y a une zone d'ombre qui l'accompagne dans chaque action qu’elle engage.

Etrange dans sa nature et dans sa portée, elle est capable de briser les éléments du jour et  de la nuit. Taciturne, elle a un visage d’encre.9885_s.jpg Elle s’y plaît a nourrir les conflits et les luttes intestines. Ses conséquences sont incontournables.

La parole ainsi vêtue, ainsi animée, tel un boulet de canon s’en ira fondre l’espace et réduire en cendre tout ce qui en principe est acquis a une vie de paix.

2357_drzewo001_s.jpgA tord ou a raison, son objectif atteint ou dévié, l’impact dégénéra en profondeur et en altitude.

Pourtant aux prémices et aux lueurs des choses, il n était peut être question que d’un simple vocable porté avec soin sur un bout de papier blanc.

Peut être qu’en cherchant à atténuer l’ampleur de ses  risques potentiels on ira tambour battant consulter les parchemins et les règles du terroir.

Un arbre ignoré et mal traité bien qu’élevant haut sa tète gardera ses pieds enfoncés dans l’incertitude, reniant a jamais toute communion avec les gouts et les couleurs.

Son écorce longtemps caressé par les flux du soleil et de la brume ne répondra pas aux cris joyeux des oiseaux ni aux sensations du peintre artiste. Elle est coriace, elle est sans vie, elle est impénétrable

k0651660.jpgDoit on accepter cet ordre ainsi établi?9948_s.jpg

L’arbre splendide, l’arbre verdoyant permet à la fois de renouer avec les adeptes du sport et aux randonneurs de jouir des plaisirs de la nature et du plein air.

Dans un monde ou le soleil et le gratte ciel jouent a cache cache sous un ciel assombri par les artifices de la cite, la parole dans sa diversité et l’arbre dans perplexité voyagent cote à cote dans une équation génératrice de bien et de mal.

La semence et la récolte dans un dénominateur commun, en
CB053708.jpgétroite liaison avec une puissance au carre, conjuguée aux sueurs bénies par la clémence, ne peuvent que se féliciter du sacre le plus doux, le plus agréable, et le plus étonnant par ses riches vertus : c’est l œuvre d el kalima ettayba wa chajara ettayba.

Ain dzarit par la grâce de ses pionniers gogoliens est en passe de renouer avec son passe. Usant des parchemins et des richesses du terroir voila le coiffeur qui revient de loin accompagné du hwenti, du taleb, du moutchou et les innombrables gnadises. Ils reviennent avec leur âme et leurs métiers sillonnant  ces routes sinueuses dans la simplicité de ceux images.jpgqui ont eu le temps de dire el hamdou lillahi

si  Rouane, si Ghlamallah, si Brahim  et autres noblesses.

Par les efforts louables de deux merveilleux blogs, nous côtoyons de nouveau, ceux qui sont partis et qui ont eu le temps de dire : nous partons calmes et sereins, nous vous léguons testament et patrimoine.

L’occasion est a saisir prochainement.

le credo a retenir : une source, deux blogs, et un arbre a planter en usant de la plus belle parole pour enfin jouir des plus beaux instants a l’ombre d’une verdure qui ne cessera jamais de formuler une prière en direction des cœurs et des mains qui ont eu le temps de semer la vie.

Soyons alors nombreux le vingt et un mars prochain.

BELFEDHAL Abderrahmane

 

 

Commenter cet article