une histoire d'immigré, par le Dr. Azza, raconté en vidéo en arabe par Laid.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

images--1-.jpgC’est l’histoire d’un homme solitaire, un homme apprécié par tous ses voisins, car il est serviable et aimable. Il vit dans un petit studio où personne ne vient lui rendre visite, mokhtar vit loin de sa famille, c’est un immigré..Tous les samedis et dimanche il sort tôt pour aller chercher son pain et en profite pour apporter des croissants à ses petits voisins, les enfants de Mr et Mme A. Il lui arrive de leur rendre service autrement, il va parfois chercher les enfants à la sortie de l’école il les emmène au parc et il les gâte, il leur achète des glaces en été, des gâteaux quand il fait plus froid. , il reste longtemps à les regarder jouer, en fait c’est ce qu’il aime le plus. Même quand il ne va pas les chercher il va quand même au parc pour les regarder jouer. Les voisins trouvent cela étrange mais comme les enfants ne se sont jamais plaints et qu’ils n’ont pas remarqué un comportement suspect ils ne disent rien mais le tiennent à l’œil.
Ce jour ci Mokhtar n’est pas sorti de chez lui, personne ne la vu dans le quartier .Mr et Mme A finissent par aller frapper chez lui, ils entendent du bruit mais personne ne vient leur ouvrir ils finissent par appeler les pompiers qui ouvrent la porte et qui trouvent Mokhtar étendu dur son lit en sueur, inconscient. Dans son petit logis ici et là des jouets, des vêtements d’enfants soigneusement pliés sur une chaise et sur sa table la photo deux enfants une fille et un garçon. Après sa sortie d’hôpital Mokhtar se rend chez ses voisins pour les remercie et ils en profitent pour en savoir plus sur sa vie. Ils lui demandent qui sont les enfants sur la photo. « Ce sont mes enfants restés au pays et que je n’ai pas vu depuis longtemps, je vais au parc pour regarder les enfants cela me donne l’impression de regarder mes propres enfants jouer et grandir jour après jour et j’ai moins le sentiment de rater des moments uniques avec mes enfants ». A ce moment Mr et Mme A ont honte d’avoir pensé que ce père qui vit loin de ses enfants et se languis de leur absence pouvait avoir des pensés coupables envers les leurs enants .Depuis les enfants restent avec lui aussi souvent qu’il veut bien s’en occuper 
Une histoire triste et vraie d’immigrés qui n’ont pas eu le bonheur de voir grandir leurs enfants

Azza.


Commenter cet article