Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

500 articles avec divers منوعات

Ali Haddad (ETRHB), 60 jours de mise en demeure (il a pris de l'argent et n'a pas fait le travail).-

Publié le par Laïd Sahari

5924

 Ainsi, l’ETRHB Haddad et son partenaire espagnol OHL ont fait l’objet de mises en demeure de la part de l’Agence nationale d’études et de suivi de la réalisation des investissements ferroviaire (Anesrif) en leur accordant un délai de 60 jours pour la reprise des travaux. En somme, au lendemain de sa sortie médiatique en exprimant sa colère contre les chinois en charge de la construction de la grande mosquée d’Alger, le premier ministre est passé à la vitesse supérieure pour mettre «fin à une situation qui a jusque là caractérisé le paysage entrepreneurial dans le pays».

 

Qatar, Hamed bin Jassem, الشيخة سلوى تمارس الدعارة في بريطانيا، لندن

Publié le par Laïd Sahari

5896

وزير خارجية قطر لمدلسي : " لا تدافع كثيراً عن سورية لأن الدور آتٍ على الجزائر " 


كشفت جريدة الوطن السورية عن بعض أسرار ما دار خلف أسوار اجتماع الجامعة العربية أول أمس، ونقلت عن مصادر دبلوماسية عربية حضرت اللقاء، قولها إن مشادات كلامية وقعت بين وزير الخارجية مراد مدلسي، ورئيس الوزراء ووزير الخارجية القطري، حمد بن جاسم. 

وقالت الصحيفة التي توصف بأنها الناطق الرسمي باسم النظام السوري، إن جزءاً كبيراً من الدول العربية رفضت قرار تعليق عضوية دمشق في الجامعة العربية، ومن بينها السعودية، التي واجهت اقتراحي تجميد العضوية أو حتى تجميد المبادرة بالرفض، فيما اتخذت كل من لبنان والجزائر والعراق مواقف جيدة رافضة للقرار، وكان الموقف المصري قريبا منها نسبيا.
وذكرت الصحيفة أن قرار التعليق صعب ابتلاعه من طرف أغلبية الدول العربية، التي اعتبرته تجاوزا لميثاق الجامعة، وهنا أشارت إلى الموقف الجزائري المعترض، الذي عبر عنه وزير الشؤون الخارجية مراد ملدسي، الذي خاض نقاشاً حاداً مع حمد بن جاسم، كما جاء في الصحيفة، مطالباً اللجنة ب " التعامل بحكمة مع الموضوع السوري ودراسة قرار تعليق العضوية الذي سيؤدي إلى ما لا تحمد عقباه".
وهنا تقول "الوطن" إن المسؤول القطري لم يهضم الموقف الجزائري، وسارع إلى مقاطعة الوزير مدلسي ليقول له: "لا تدافع كثيراً عن سورية لأن الدور آتٍ عليكم وقد تحتاجنا في المستقبل!".
وعرضت الجريدة إلى بعض فصول ما دار في الجلسة الموسعة، وأوردت أن حمد بن جاسم قدم القرار متوجها بالسؤال: "من يعارض القرار"؟ فاعترض لبنان واليمن وسورية وامتنع العراق عن التصويت، وطلب وزير خارجية الجزائر الكلام، وما إن بدأ كلمته حتى قاطعه حمد بن جاسم وأعلن نهاية الجلسة، الأمر الذي دفع السفير السوري إلى توجيه الكلام إلى وزير خارجية قطر قائلاً: "هذا تآمر من قبلك شخصياً وهو تجاوز على القانون والميثاق وأنت رأس المطية والتخريب ليس في سورية فحسب بل في كل العالم العربي، وأنت والأمين العام تجرمون بحق سورية وحق الأمة العربية.. أنتم عملاء تنفذون أجندة غربية وسيحاسبكم الشعب العربي في يوم من الأيام على هذه الجرائم".
وخلصت الصحيفة غلى القول بأن ما حصل صبيحة أول أمس، "شبيه بذلك الشيء الذي حصل في اجتماعات سابقة للجامعة العربية، برزت فيها الخلافات في وجهات النظر، في أزمات شهيرة حيال لبنان وفلسطين والعراق، ثم ما لبث أن طمس أغلبها تحت شعار الأغلبية، دون مبررات منطقية أو سياسية تذكر".

Algérie, Avocat enlevé devant chez lui, محامي يخططف امام منزله

Publié le par Laïd Sahari

5895

نشر الـ (محامي) عمارة محسن الجمعة 30 جوان فيديو على حسابه الشخصي عنونه: ‘اختطاف المحامي عمارة محسن من امام باب منزله اتناء دهابه الى صلاة الجمعة ‘

ولم يتم التأكد من الجهات التي قامت بالقبض عليه، وإن قام هو شخصيا بنشر الفيديو

يشار إلى أن عمارة محسن ، سحبت منه مؤخرا صفة المحاماة، حسب ما أكدته عديد الجهات، حيث نقلت يومية الخبر مقالا عن طرده من المحكمة عبر مقالها الصادر  8 جوان 2016 المعنون بـ ‘المحامي المشطوب محسن عمارة يطرد للمرة الثانية’، كما  أنه معروف عن عمارة محسن تصريحاته المثيرة للجدل خاصة تلك التي ينتقد فيها مسؤولين سابقين.

Scène ahurissante, celle filmé par un amateur, où l’on voit un avocat, Mohcene Amara, se battre avec deux personnes habillées en civile et qui tentaient de le faire embarquer aujourd’hui à 13h devant chez lui  a bord de leur Caddy bleu.

L’identité de ceux qui ont faut cela n’est pas connue mais la personne qui a filmé la scène a dit que  » se sont des policiers ».
Ce qui s’est passé avait tout l’air d’un « kidnapping » et non dune interpellation. Dans ladite vidéo, Me Mohcene Amara ne cessait de crier avec toute ses forces et appelait son fils et sa femme pour intervenir et l’aider.
Cette dernière qui est d’ailleurs avocate elle aussi et partage le même bureau d’avocat avec lui, jointe par téléphone, affirme pour La Voix d’Algérie que son mari « se trouve actuellement au commissariat central à Alger« .
 » Les policiers m’ont interdit de voir mon mari. Je n’ai pu lui rendre visite même en ma qualité d’avocate. On ne m’a donné aucune explication sur les raisons de son interpellation. Qu’est ce qui se qui se passe? De quel droit ont-ils fait ça ? », s’indigne Mme Amara.
Par ailleurs, un avocat, qui a tenu à garder son anonymat, assure que « Me Amara ne serait plus avocat car il serait, selon lui, radié par le bâtonnat d’Alger« .
Mme Amara, avoue l’existence de ce problème mais affirme que « la décision  n’est pas encore définitive , car comme elle ne cesse de le répéter, son mari a rejeté la décision en question auprès du conseil d’État« .
La question n’est pas là, selon elle. « La vidéo montre tout. Mon mari a été kidnappé violemment par la police pour des raisons que nous ignorons « .
Selon notre interlocuteur (l’avocat Ndlr), « Me Amara serait interpellé pour s’être disputé mercredi dernier avec un autre avocat au tribunal administratif de Bir Mourad Rais« .
Pour ceux qui ne le connaissent pas, Me Amara est connu pour son franc-parlé et n’hésite guère à dire ce qu’il pense, avec le langage qu’il choisit, même à un juge en plein audience.
Selon nos informations, il serait « un ancien élément du contre espionnage algérien » avant qu’il ne se convertisse au métier d’avocat.
Il était entre autre l’avocat du ministère de la communication quand cette dernière s’est opposé à l’achat du groupe El Khabar par Issad Rebrab.
Mais il n’a pas pu plaider car sa radiation à l’époque le lui a été ressortie, chose qui a poussé me Amara a attaquer et le bâtonnier d’Alger et Hamid Grine, le ministre de la communication à l’époque, en lui reprochant de  n’avoir pris sa défense devant le bâtonnier d’Alger, Me Selini.
 
Au moment ou nous mettons en ligne, nous ignorons encore les raisons de son interpellation.

Nouri Vire Benaggoune après 48 Heures! عبدالوهاب نوري يقول ماسحقيناش هذا ابزّ

Publié le par Laïd Sahari

5849

Moins de 48 heures après sa nomination, le ministre du Tourisme, Messaoud Benagoun, a été démis de ses fonctions par le président de la République. Aucune raison n’a été pour l’instant avancée par la Présidence.

«Conformément aux dispositions de l’article 93 de la Constitution et sur proposition de M. Abdelmadjid Tebboune, Premier ministre, son excellence Monsieur Abdelaziz Bouteflika, Président de la République, a  démis ce jour, M. Messaoud Benagoun de ses fonctions de ministre du Tourisme et de l’Artisanat», s’est contenté d’indiquer El Mouradia.

Cette dernière a-t-elle fait une erreur de casting ? En tous cas, dès l’annonce de la composante du gouvernement Tebboune, certains observateurs se sont interrogés à propos de la nomination de Benagoun. Algérie Focus a d’ailleurs publié, hier, un article sur le parcours intrigant du personnage (lire).

Ennahar TV, une des voix du pouvoir, a affirmé que ce revirement spectaculaire sur la nomination de M. Benagoun est du au dossier judiciaire compromettant du concerné. La même source a, en outre, assuré que le ministère du Tourisme a connu une série de démissions collectives, suite à la désignation de Messaoud Benagoun pour le diriger.

Cette situation ubuesque pose, en filigrane, le problème du sérieux de l’institution présidentielle dans le choix des hommes promis aux hautes fonctions de l’Etat.

Elyas Nour

FLN, Djamel Ould Abbes: ses enfants ont la Nationalité Française!!!كل أولاده جنسية فرنسية

Publié le par Laïd Sahari

5838

Nordine Aït-Hamouda, le fils du Colonel Amirouche, déclare:

«Ce n’est pas tant le statut de moudjahid pour Ould Abbès (du FLN) qui est notre problème, car ce qui est plus grave, c’est que ses enfants ont la nationalité française.»

FLN, Ould Abbes sommé de ne plus parler du Président! il reçoit, ainsi, une grande Gifle.-

Publié le par Laïd Sahari

5836

Voilà Pourquoi la conférence de presse de Djamel Ould Abbes a été interrompue par la présidence de la république Algérienne:

jamel Ould Abbes intervenait en direct, mercredi 17 mai, dans une conférence de presse devant les caméras des télévisions quand son chef de cabinet vient lui transmettre un message. La confusion dure quelques secondes. « Qu’est-ce que c’est ? Je m’arrête ? », demande-t-il à la jeune fille. Celle-ci lui répond : « Oui, ils vous attendent ». « Qui ? », interroge-t-il. « En haut. Vous avez un appel important. La présidence », explique-t-elle.

 

Qui a appelé le Secrétaire général du FLN ? Que lui a-t-on dit exactement ? Selon nos informations, Djamel Ould Abbes a bien été appelé par un haut responsable de la présidence de la République. Ce dernier lui a intimé l’ordre d’arrêter de parler du Président de la République. Durant son discours, Djamel Ould Abbes avait notamment dit : « Certains disent que Djamel Ould Abbes cire les pompes du président. Oui, je vais encore le faire ! Ce n’est pas une honte ». Il a été interrompu quelques instants après avoir prononcé ces mots.

En fait, les références régulières de Djamel Ould Abbes au président Bouteflika ont fini par agacer les proches du chef de l’État, surtout après le mauvais score réalisé par le FLN aux dernières élections législatives comparé à celui de 2012.

Algérie-Libye, Messahel fait choux-blancs!مساهل يفشل في ليبيا

Publié le par Laïd Sahari

5835

Libye : 141 morts dans une attaque menée par une milice proche du gouvernement contre une base de Haftar.

un véritable carnage : 141 personnes, dont 103 membres des troupes du maréchal Haftar, ont été tuées, jeudi 18 mai, dans une attaque contre une base aérienne du sud de la Libye. Selon les médias locaux, le carnage a été perpétré par la Troisième Force, un groupe armé de la ville de Misrata, loyal au Gouvernement d’union nationale (GNA), soutenu par les Nations unies.

 

Selon les forces de Haftar, des civils ont été exécutés lors de l’attaque. D’après Ahmad al-Mesmari, porte-parole de l’ANL, cité par la radio française RFI, « les soldats tués revenaient d’un défilé militaire dans l’est de la Libye. La plupart d’entre eux n’étaient pas armés ». « Ils ont été exécutés », a-t-il affirmé.

Ce qu’a démenti un porte-parole de la troisième force. Selon ce dernier, toutes les personnes tuées lors de l’attaque étaient des combattants des troupes de Haftar. Selon l’ONG Human Rights Watch, qui s’appuie des témoignages, cité par le journal Al Hayat, « des dizaines de militaires de l’armée de (Haftar) ont été tués dans l’attaque dont certain d’une balle dans la tête dans ce qui semble être des exécutions sans jugement ».

Le GNA a annoncé avoir suspendu le ministre de la Défense, en attendant les conclusions de l’enquête, rapporte ce samedi l’agence allemande DW. Le gouvernement d’union nationale de Fayez al-Sarraj, ainsi que le ministère de la Défense, avaient tous deux condamné préalablement l’attaque de jeudi, affirmant ne pas avoir donné d’ordre en ce sens, précise RFI. L’attaque, qui met fin à une trêve de plusieurs mois observée dans cette région du sud libyen, menace de faire voler en éclat l’ensemble du processus de réconciliation dans le pays.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 20 30 40 50 > >>
google68dd3c13eca153a9.html