Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

Driss, le 1er Novembre 1954.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

9bed57a9ae9f5958f797a8c204b0e077 

a-mon-pere-a-tout-ce-qui-se-sont-battus-pour-l-independance.jpg A mon père, le Moudjahid Mohamed ben amar GHALI et à tous ceux qui se sont battus pour l'indépendance et la liberté, Allah yarhamhoum. الله يرحمهم جميعا. 

le-colonialisme.jpgc'était le colonialisme français pendant notre révolution.

1er NOVEMBRE 1954 : C’ETAIT LE DEBUT D'UNE BELLE REVOLUTION.

Une poignée d’hommes sans moyens, avec une immense conviction sur la légitimité du combat mirent en œuvre une révolution qui devait servir de modèle à bien des mouvements de libération de par le monde. Le 1er novembre 1954 est, à juste titre, le dernier épisode symbolique du combat incessant du peuple algérien pendant plus de 25 siècles.


Si Ahmed, commentaire sur l'article de KHELIFA.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

45b36a00e87d5cbf25bf9325d6b2895f-copie-1 

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par azedine sur l'article KHELIFA, commentaire, les OULD MOKHTAR de Sougueur., sur votre blog http://ain-dzarit1911.over-blog.com

Extrait du commentaire:


Bien dit mon "frère".Les ould mokhtar nasse amlah et puis ils ont "touchés"bien et bien longtemps l'argent que la sueur de leur front leur a produit pur
et limpide.Meme certains gens ce sont enrichis grace à eux,mais hélas,et trois fois hélas."Ina eriyah tahouba bima la tachtahi essoufoun".A MICALEMENT.La nostalgie mon frère c'est sinonyme 
des belles habitudes et d'un retour aux racines(elassala).

Dr. Azza, 1er Novembre 1954, les prémices de la guerre d'Algérie.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

1446205 84128 

Les Algériens à la veille de la révolution.


Les anciens racontent qu’un an avant la révolution Algérienne déjà il y avait des prémices qui laissaient présager que quelque chose se préparait.oas_oran_1962.jpg
Les inscriptions sur les murs :
Les gardes champêtres, les gendarmes, la police passaient leur temps à guetter pour attraper et punir les mystérieux auteurs furtifs des inscriptions qui ornaient les murs de tous les bâtiments qu’ils arrivaient à atteindre et qui proclamaient « L’Algérie vivra libre », dans les deux langues. Malgré les surveillances renforcées on n’arrivait ni à attraper les peintres ni à les faire disparaitre leurs œuvres, chaque matin ces mots traduisant la volonté du peuple apparaissaient en lettres gigantesques pour narguer l’occupant.
Les inscriptions sur le sol :
Sur de nombreuses parcelles de blé, arrivé à maturité, des inscriptions réalisées au tracteur traçaient le chiffre « 1954 » personne ne comprenait ce que ce chiffre signifiait il attirait l’attention et laissait les gens perplexes ; les rumeurs allaient bon train…. 
La révolution était en marche mais seuls ceux qui participaient à sa préparation savaient qu’une page de l’histoire était sur le point d’être écrite en lettres de sang…
Plus tard pour contrer la marche de la révolution, durant les années de guerre, la France faisait en sorte que les radios révolutionnaires tels que « Sawt el arab » soient inaudibles, des parasites rendaient la réception de ces émissions pratiquement impossibles afin que personne ne puisse suivre la progression des évènements ni s’en réjouir.

Driss, le 1er Novembre 1954 et le role de la Femme Algérienne dans La Révolution.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

9bed57a9ae9f5958f797a8c204b0e077 

allah-yarham-chouhada.jpgkhaldi-boumediene.jpgbalad-milion-ou-nossf-chahid-copie-1.jpghommage aux femmes algeriennes pendant al guerre de liberat
les-femmes-algeriennes-et-la-revolution-1.jpgfemmes-algeriennes-et-revolution-d-algerie.jpgles-femmes-algeriennes-et-la-revolution-2.jpgles-femmes-algeriennes-et-la-revolution-3.jpg

La femme a constitué un élément essentiel dans la lutte de libération. Elle a assumé, aux côtés de l'homme, ses responsabilités à l'égard de la Révolution et fut ainsi un soutien puissant pour l'époux, le frère, le fils et tous les membres de la famille qui prirent les armes contre le colonialisme français. Faisant preuve d'un courage extraordinaire, elle a prouvé qu'elle constituait le second souffle pour la lutte de libération. La femme algérienne a joué un rôle d'avant-garde à travers sa participation efficace dans la guerre de libération aussi bien dans les campagnes que dans les villes et elle a accompli son devoir patriotique aux côtés de l'homme, son frère.                                                                                                                2- La femme dans les campagnes/                                                                                                    La femme rurale a réussi à constituer un élément opérationnel dans la rupture du blocus dans lequel l'armée coloniale voulait enfermer les moudjahidine. Sa contribution fut très importante à travers les tâches qu'elles accomplissaient pour les besoins de la Révolution . 3- La femme dans les villes/                                                                                                                 Si la femme rurale a supporté les charges de la Révolution dans les montagnes, les villages et les hameaux, de son côté, la femme citadine a également accompli son devoir patriotique et fut d'un grand secours pour les moudjahidine, aussi bien les fidayine que les moussebiline à l'intérieur des villes où sont concentrés les appareils de répression policière et où s'exerce une surveillance permanente sur tout ce qui bouge. C'est pour cela que souvent elle prit la place de son frère le fidaï dans de nombreuses missions complexes et dangereuses.                                                                                                                                        4- Les responsabilités dévolues à la femme algérienne durant la Révolution:                L'activité de la femme algérienne durant la Révolution a pris différentes formes notamment : - les militantes dans l'organisation civile du Front de Libération Nationale qui sont celles auxquelles furent confiées des responsabilités dans les commissions politiques et administratives, ou bien en tant que fidaiyate ou collectrices de fonds. - Les militantes militaires qui sont les femmes rattachées à l'Armée de Libération Nationale qui ne représentant qu'un faible pourcentage et dont les missions essentielles furent les soins infirmiers, l'assistance ou la cuisine. Aussi bien dans les campagnes que dans les villes, la femme fut aussi bien combattante, militante, fidaïa ou moussebila. La diversification de ses missions a amené l'adversaire français à prendre conscience de son importance pour la Révolution et dans la société algérienne. Elle fut donc exposée à différentes formes de répression et de torture. L'administration coloniale avait réservé des prisons spéciales pour la femme algérienne afin de minimiser l'importance de la Révolution et briser l'édifice social basé essentiellement sur la femme. Cependant, elle ne réussit pas à le faire et le résultat fut que de nombreuses femmes tombèrent au champ d'honneur , à l'instar de Hassiba Ben Bouali , Malika Gaïd et Meriem Bouattoura. Les lourdes responsabilités et les missions importantes dévolues à la femme algérienne durant la lutte de libération l'amenèrent à quitter les rôles secondaires pour des rôles plus essentiels dont les moudjahidine avaient le plus grand besoin, et ce en dépit des difficultés auxquelles elle fut confrontée en tant que femme.                                                                                                                                                    5- Les prisons réservées à la femme algérienne:                                                                        Les prisons que ce fut en Algérie ou à l'extérieur ne furent pas l'apanage des hommes uniquement mais elles ont également inclus les femmes. Malgré cela, les prisons réservées aux femmes algériennes étaient terriblement dangereuses car il est difficile pour la femme de supporter les conditions d'incarcération. Il convient de noter que le nombre d'algériennes détenues a atteint 16% en 1956 , proportion qui ne cessa pas d'augmenter.      6- Incidences négatives des souffrances endurées parla femme algérienne:                         Les souffrances de la femme suite à la répression et la détention ont laissé un ensemble de séquelles profondes et il n'est guère possible de mesurer la situation dramatique qu'elles ont entraînée. La femme a en effet souffert des opérations de ratissage dans les villages , les hameaux et même les villes ; ce qui a fait naître en elle une angoisse terrible dont les effets persistent à ce jour. Certaines parmi elles furent emprisonnées, torturées et détenues et de tels souvenirs douloureux resteront ancrés dans la mémoire des survivantes , se répercutant négativement sur leur vie quotidienne après l'indépendance.

KHELIFA, commentaire, les OULD MOKHTAR de Sougueur.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par Belkassem KHELIFA sur l'article Sougueur (Trézel), sur la piste des échos, article proposé par Bonjourdesougueur., sur votre blog http://ain-dzarit1911.over-blog.com

Extrait du commentaire:


Je me souviens que mon oncle venant de Benhanifia,a pris le car pour Sougueur et n'avait pas d'argent. C'est H'ssissi Ould Mokhtar qui contrôlait. Il a reconnu mon oncle et lui a dit: "les cars
ould Mokhtar ne laisseront jamais un trézélien sur le bord de la route, même s'il n'a pas de quoi payer". Les ould Mokhtar, c'est le coeur sur la main. Dommage que l'administration algérienne les
a ruinés alors que ceux sont les frères Ould Mokhtar qui ont combattu pour l'indépendance du pays.


Je salut mon ami H'ssissi, ami de classe et de coeur.


J'ai toujours la nostalgie de mon petit village des années 50.


Amitiés à tous.

Si Ahmed, commentaire sur l'article de Driss.

Publié le par Mohamed-Laid-Anas GUENDOUZ

45b36a00e87d5cbf25bf9325d6b2895f-copie-1 

Bonjour,

un commentaire vient d'être posté par azedine sur l'article Driss, 1er Novembre 1954/1er Novembre 2011, Larbi Ben-Mhidi., sur votre blog http://ain-dzarit1911.over-blog.com

Extrait du commentaire:


ALLAH YARHAM CHOUHADAINA EL ABRAR ALADHIN DHAHO BI NAFSSI WA NAFIS AGHLA CHAAI INDA EL BACHAR.Et celà sans contre partie aucune sinon l'amour de la patrie et la personnalité de ces etres
dont leur model a tendance à disparaitre ,le matérialisme et l'ingratitude a pris de l'élan et ont pris place.

AA.

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 > >>
google68dd3c13eca153a9.html